Enfance ? . . .

CATMAT (2007)


  Cet obscur Objet du Désir

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 




 

Petite enfance :
« J’ai eu mes périodes sombres
On a tous une part d’ombre
Détruire ou se laisser détruire
Mon histoire a choisi pour moi
La deuxième voie
Passé trouble d’amour vache
Entre les grands
Le sexe omniprésent tromperies, orgies
Mes yeux d’enfant n’ont pas su décoder
Mais ont tout capté. »

Jusqu’à 15 ans :
Inceste verbal, phrase banale
« Ma fille, ma Salope», les mains aux fesses
Seule caresse,
Récurrente limite,
Jamais dépassée.
Mais,
Des yeux rasoirs
Rayons sous les vêtements
Nue parfois
Sous les regards
Ebranlée par.
Sentiments insidieux
D’une tension sexuelle à fleur de lèvres,
Leurs deux leur.

Plus tard :
« Quand est-ce que tu me fais un enfant ? »

Obscur objet du désir...

Famille re-composée :
A 10 ans elle savait tout du désir des hommes.
Comment lécher, titiller, légèrement mordiller,
Puis à pleine bouche prendre le sexe dressé.
Passer la langue sur le filet si excitant
Le gland,
Rouler comme un bonbon
Caresse légère sur les bourses gonflées…
La seule chose qu’il ne lui demandait pas,
C’était d’avaler, la sève coulée.
Parfois elle devait se mettre debout
Sur le lit jambe écartée, lui couché
Se branlait, lorgnant le sexe encore nubile.
Poitrine inexistante, le cœur au abonné absent.

Elle était amoureuse, lui probablement pas.
A 14 ans il jouait, poupée gonflable à domicile
Gadget-objet à sa portée, docile.
Une fois, une, elle lui a demandé de la touché,
Là.
Elle aussi.
Un désir dans sa tête, un désir d’échange,
Envie d’être, « Je suis ».
Même si rien dans ce corps encore enfant
Ne ressent
Des frissons en prémisse.
Ses fantasmes précoces nourrissent
Un objet sans sensations.

Fille de la campagne,
Le rut animal est court et brutal.
Un film cinéma, au détour d’une histoire,
Caresses buccales,
Tendres baisers sur poitrine abandonnée,
Plaisirs partagés : horizons insoupçonnés.
« Je sais qu’on s’embrasse,
même si ça ne passe pas par moi ».

Comme une sculpture en rature
La nature humaine glisse en impure
Pleine brûlure
D’un désir distordu
Sature en angle dur
Domino, dominominette,
Dominée, dominant,
Donne-moi ce qui fait
Que je n’existe pas
Voilà ce qui m’exite

A l’usure,
Des années de rature
Spectatrice détachée
De ses amours morts nés.
Elle endossait les parures des chimères
Primaires des hommes,
Pétrifiée par la possibilité d’être aimée.

Pas si malmenée, violée ou frappée,
Non,
Juste, un objet manipulé.
Et donc souvent méprisé.

Au fil du temps
Comment ?
Un sujet est né.
Très lentement.

 


accueil  |  début  |  CONTENU  |  slam & poésie  | Textes | Re-Textes
CV
infos  | Calendrieraide  |  sortie
cat.mat@orange.fr