à mes pères...

Texte de Catherine Mathon sur Photographie du Vagabond(Paris)
14/15.06.2001

La Lumière sur ton
CRANE POLI

   

La lumière brille
Sur ton crâne poli
L'oreille et la joue plissée
Le polo blanc-tribal
De ton épaule arrondie

Bascule dans l'ombre
Et le sourire éclate d'une bouche édentée
Trop plein d'humanité
Derrière paupières usées
Regard trop poli, cache-misère

Tes mains d'homme, fort,
Comptent les parkas
Remparts contre l'effroi
Et le froid
La pluie
Tes mains d'hommes un peu râpeuses
Sur la peau de mes hanches, petites
Je sens, devine
Tes mains fortes
Contre l'effroi
Et le froid - la pluie
J'imagine

Et je me souviens
Un jour, deux jours, tu es devenu vieux
C'était incongru, bouleversant
Douloureux
D'un père à un grand-père, ce n'est rien pourtant, comme la pierre qui bosselle
C'est la vie riche, qui creuse, trace et parchemine
Grandie l'âme aussi
Et la mort qui vient et me vole

Comme lui, Vagabond, tu choisis
Parure originale
Polo blanc-tribal
Coûte que coûte
Offrir du lumineux aux yeux tristes que tu croises,
Petit bonheur, chaud au cœur
Comme une cigarette au creux de la main en plein hiver,
Dehors

Coup de projecteur sur la peau douce et tendue du sommet de ton front
Et le goût sur ma bouche de ses baisers juste là, juste pour moi

Mon regard glisse
De la lumière qui brille
Sur ton crâne poli
Ton regard dans l'ombre
Entre trop et trop peu de colère
Je rêve l'efficace contre-misère.

 


accueil  |  début  |  CONTENU  |  slam & poésie  | Textes | Re-Textes
CV
infos  | Calendrieraide  |  sortie
cat.mat@orange.fr