Garde le bon, Jette la Mort

CAMAT / 2003



J'ai pris la mort entre mes mains
Je l'ai pétrie comme du bon pain
J'en fais des miches rondes et soyeuses
Et puis tu croques bien moelleuses.
Dans une grande fête tous rassemblés
Une tartine pour chacun
Croque, croque le plein du sein
Garde le bon, jette la mort
Garde le bon, jette la mort

Le désespoir fugace laisse trace dans le vibrato de quelques mots, dits en face, puis se dilue dans le champs de nos solitudes.
J'ai la peur panique et l'angoisse pudique.
Elle court, lame de fond, loin des fous rire complices à faire claquer les cicatrices.

 
La mort talonne et la vie s'époumone
La fleur en son sein qui s'étiole m'affole
Et le temps coule
Depuis que les premiers pétales du cancer boutonnent
Et les gouttes à gouttes emplissent les fesses et les veines
Drôle de chair, femme ma mère
Drôle de chair, femme ma mère
A jamais belle Amazone
Etre de chair tranché dans le vif
La mort talonne et la vie s'époumone
Ce soir je me sens gloutonne :


Je prends la mort entre mes mains
Je la pétris comme du bon pain
J'en fais des miches rondes et soyeuses
Et puis tu croques bien moelleuses.
Dans une grande fête tous rassemblés
j'attaque avec ma larme blanche
Une tartine pour chacun
Croque, croque le plein du sein
Garde le bon, jette la mort
Croque, croque le plein du sein
Garde le bon, jette la mort.


 



accueil  |  début  |  CONTENU  |  slam & poésie  | Textes | Re-Textes
CV
infos  | Calendrieraide  |  sortie
cat.mat@orange.fr