Jécristonnom

CATMAT (Agadir, 17.0708)

J’ai écris ton nom
sur le sable d’Agadir
Au milieu des touristes du monde et des marocains de tous horizons
Mes orteils ont creusé le sable mouillé,
Pour quelques heures ton nom est gravé.
« Pauvreté », bientôt la marée t’aura effacée.

Dans nos rêves !

Ici plus que là-bas et moins qu’ailleurs
Tu grignotes les espérances des êtres en errances
Les montagnards crèvent de soif
Et s’entassent dans les bidonvilles des cités.

Partout les enfants emplissent les classes
Et délaissent le savoir par manque de temps et d’espace.
Apprendre à lire et à écrire…
Un maître seul face à 54 paires d’yeux éperdus, bientôt déçus.

Le sacerdoce de l’enseignant convaincu
Contre l’indifférence et l’incompétence des grands responsables.
Ici peut-être l’espoir avance.

En France, on recule :
Moins de profs, moins de classe, plus d’exclus.

Sur la plage d’Agadir je savoure la générosité d’un peuple.
Vos gestes et le thé partagé,
Votre poésie, votre talent
S’invitent à la table des rencontres rares de l’humanité.



accueil  |  début  |  CONTENU  |  slam & poésie  | Textes | Re-Textes
CV
infos  | Calendrieraide  |  sortie